Questions fréquemment posées sur la technologie sans huile et la classe 0

Quels sont les tests TÜV requis pour obtenir la certification ISO 8573-1 CLASSE 0 ?

Le test de la partie 2 mesure à la fois les aérosols et les liquides. Les tests peuvent être réalisés à l'aide de la méthode dite de débit partiel (B2) ou de plein débit (B1) (voir ci-dessous). Le test de la partie 5 mesure uniquement les vapeurs. Les deux parties sont nécessaires pour bénéficier de la certification ISO 8573 CLASSE 0. Autrement dit, les trois sources de contamination par l'huile (aérosols, vapeur et particules liquides) doivent être mesurées.

Quelle est la principale différence entre les méthodes de test B2 (débit partiel) et B1 (plein débit) ?

Les deux méthodes sont acceptables pour la mesure de la présence d'huile sous forme d'aérosols et de particules liquides selon la norme ISO 8573-1, Partie 2. La méthode B2 cible uniquement le centre du débit d'air. Les aérosols sont détectés, mais pas les dépôts d'huile le long de la paroi du tuyau (huile liquide). La majorité des fabricants de compresseurs d'air privilégient encore cette méthode moins contraignante. La méthode B1 analyse le débit d'air dans son intégralité, en mesurant à la fois les aérosols et l'huile liquide. C'est cette méthode rigoureuse qui a été utilisée pour tester la gamme de compresseurs d'air sans huile Atlas Copco. Même dans ces conditions contraignantes, aucune trace d'huile n'a été détectée dans le débit d'air.

Les compresseurs lubrifiés dotés de filtres déshuileurs peuvent-il produire un air sans huile ?

Cette solution est censée produire « un air techniquement sans huile ». Cependant, même dans des conditions optimales et après plusieurs étapes d'élimination de l'huile, la qualité de l'air n'est pas garantie. Pour obtenir une qualité d'air tout juste acceptable avec des compresseurs lubrifiés, il est nécessaire de prévoir des dispositifs de refroidissement de l'air et plusieurs étapes d'élimination de l'huile avec différents composants. Toute défaillance de l'un de ces composants ou un entretien inadéquat est susceptible d'entraîner la contamination d'un processus par l'huile. Avec les compresseurs lubrifiés, il existe toujours un risque de contamination porteur de conséquences graves sur les activités.

Quel est l'impact de la température ambiante ?

La température est l'un des facteurs influant sur l'efficacité et la pureté des circuits d'air. Sur les compresseurs lubrifiés, la teneur résiduelle en huile, à la sortie des filtres déshuileurs, augmente de façon exponentielle avec la température. Pour une température ambiante de 30 °C dans l'enceinte du compresseur, la température en sortie du compresseur se situera autour de 40 °C. Autrement dit, la teneur en huile sera 20 fois supérieure à la valeur de référence. Ce cas de figure est fréquent, même dans les climats les plus froids, la température de l'enceinte du compresseur étant nettement plus élevée que la température extérieure. Les températures peuvent aussi faire augmenter la teneur en vapeur d'huile de l'air, ce qui peut être préjudiciable pour le produit final. De plus, des températures élevées réduisent la durée de vie des filtres à charbon actif. Si la température passe de 20 °C à 40 °C, la durée de vie d'un filtre est réduite jusqu'à 90 %. Par ailleurs, une fois que les filtres sont saturés, ils laissent passer l'huile sans que l'utilisateur ne s'en rende compte. La qualité de l'air des compresseurs d'air sans huile d'Atlas Copco est garantie quelle que soit la température ambiante.

Qu'en est-il de la contamination de l'air ambiant par l'huile ?

L'air ambiant contient de faibles traces d'huile générées par l'activité industrielle ou la circulation routière. Toutefois, même dans les zones les plus exposées à cette pollution, la teneur en huile n'excède généralement pas 0,003 mg/m3. Ce chiffre est corroboré par des tests menés par le TÜV à proximité d'une usine spécialisée dans l'usinage de précision (tournage, fraisage, meulage, perçage, etc.) et d'un incinérateur de déchets, dans une zone à fort trafic routier. Aspirée par un compresseur sans huile, cette très faible teneur en huile est presque complètement évacuée avec les condensats à la sortie des refroidisseurs intermédiaire et final. Résultat : un air pur, sans huile, idéal pour tous les processus.