Un surpresseur à vis ZS VSD rend une installation de traitement des eaux usées plus efficace à Munster, en Allemagne

Dans l'installation de traitement des eaux d'infiltration du centre de gestion des déchets de Munster, un surpresseur à vis exempt d'huile ZS VSD d'Atlas Copco fournit de l'air aux bactéries aérobies.

sans huile Traitement des eaux usées Surpresseurs Classe 0 Solutions SmartAIR Vis rotative

Un surpresseur à vis ZS VSD fournit de l'air exempt d'huile aux bactéries aérobies

Travaux de traitement des eaux usées à Münster en Allemagne

Cette technologie nécessitant un faible entretien et le variateur de fréquence intégré ont été les facteurs décisifs pour l'utilisation du ZS 55+ VSD écoénergétique. L'installation traite les eaux d'infiltration de deux décharges centrales, dont l'une est encore opérationnelle, depuis 15 ans. « L'une des deux décharges est déjà fermée », a expliqué Christian Lüke, le directeur des opérations. « Cependant, l'eau va continuer à s'infiltrer pendant encore longtemps et nous devrons traiter cette eau dans l'usine principale de traitement des eaux usées avant le nettoyage final. » Les déchets ménagers déposés là contiennent l'équivalent de décennies de médicaments, de récipients d'huile domestique usée ou de restes de peintures à moitié vides, cela malgré le tri des déchets. « Certains ingrédients finissent par se faufiler, malgré tous les efforts de tri des déchets », a déclaré Lüke.

“« Ça ne sent rien du tout ici ! », tels sont les commentaires des visiteurs pénétrant dans l'installation de traitement des eaux d'infiltration du centre de gestion des déchets de Munster.”

visitors of the plant

Surpression d'exploitation jusqu'à 1,2 bar

La gamme de surpresseurs à vis ZS exempts d'huile est conçue pour les débits d'air allant d'environ 250 à presque 4600 m3/h et des surpressions d'exploitation jusqu'à 1,2 bar. La régulation de la vitesse intégrée (entraînement à vitesse variable, VSD) installée dans la machine de Munster s'ajuste automatiquement aux exigences exactes d'air actuelles. La vitesse des anciens surpresseurs pouvait uniquement être régulée à l'aide de variateurs de fréquence externes. Le ZS 55+ produit des débits d'air pouvant atteindre 1680 m3/h et est adapté aux augmentations de pression entre 0,3 et 1,2 bar. L'eau trouble marron est visible depuis les ponts qui passent au-dessus des bassins. Les bassins de clarification dans lesquels l'eau d'infiltration est pompée en premier font entre six et sept mètres de profondeur. Munster utilise le processus écoénergétique de dénitrification en amont, qui se produit dans le premier cinquième du bassin où les bactéries anaérobies qui ne nécessitent pas d'oxygène sont actives. Les eaux usées débordent dans la zone de nitrification aérée. La pression nominale pour l'aération est d'environ 0,86 bar. « Nous avons besoin de 0,6 à 0,7 bar juste pour compenser la pression de la colonne d'eau », explique Rasch, « et de 0,2 bar de plus pour gonfler les membranes des tuyaux d'aération ». Entre temps, le surpresseur à vis ZS VSD d'Atlas Copco fonctionne en permanence dans l'installation. L'un des deux surpresseurs à lobes rotatifs est activé si les besoins en air sont importants. Le troisième surpresseur est utilisé en réserve et est activé en alternance avec le deuxième ancien appareil.

Les avantages de l'entraînement à vitesse variable

“« L'entraînement direct et le variateur de fréquence intégré ont été les facteurs décisifs », a déclaré Christian Lüke à propos de la décision d'acheter le ZS 55+ VSD lorsque le moteur de l'un des trois anciens surpresseurs à pistons rotatifs s'est retrouvé endommagé, entraînant des frais potentiels importants.”

Christian Lüke, cadre supérieur de l'usine de traitement des eaux usées à Munster, Allemagne

« Ces machines nécessitent davantage d'entretien à cause de l'entraînement à courroie trapézoïdale entre le moteur et l'engrenage que les surpresseurs à vis d'Atlas Copco dont le moteur et le compresseur forment une seule unité », a déclaré Lüke. Le moteur à vitesse variable et l'élément à vis sont montés par bride directement sur le carter d'engrenage. « Une bactérie peut survivre au maximum pendant une demi-journée sans aération », a souligné l'ingénieur, « nous devons donc nous assurer que le surpresseur fonctionne de manière parfaitement fiable. » Le nouveau compresseur répond à cette exigence en assurant une alimentation ininterrompue d'air comprimé exempt d'huile.