L'histoire du succès de la génération d'oxygène en Birmanie

La première collaboration avec Ni-Lay Naing Co Ltd. en Birmanie remonte à 1994. A l'époque, un important contrat de 4 millions de dollars pour la mise à niveau de trois hôpitaux avait été réglé grâce à 20 000 tonnes de riz. L'affaire constitue encore l'un des contrats médicaux les plus importants jamais conclus. L'équipement est aujourd'hui toujours en service et a résisté à l'épreuve du temps en termes de conception, de qualité et d'installation.

Présentation de la génération d'oxygène sur site

Au cours des années suivantes, le pays a connu différentes évolutions politiques, entraînant le ralentissement des échanges commerciaux. Mais la levée des sanctions internationales ces dernières années nous a donné l'opportunité de rétablir et reprendre notre relation avec notre partenaire Ni-Lay Naing Co Ltd. C'est ainsi que nous avons commencé la reconstruction du réseau et qu'est née l'ambition de redévelopper l'entreprise de zéro.

Alors que le pays recommençait à s'ouvrir au commerce, l'un des principaux objectifs était d'améliorer le secteur de la santé, qui jusqu'alors manquait considérablement d'investissements, de développement, d'équipements et de personnel. Le secteur de la santé connaissait des difficultés et les autorités gouvernementales ont rapidement réalisé que pour améliorer les soins et les traitements, il était indispensable de prévoir la génération d'oxygène dans tous les hôpitaux. Les cylindres haute pression locaux étaient vieux, mal entretenus et présentaient des fuites en plus d'être très onéreux. L'alternative était la génération d'oxygène sur site.

Médical

Notre expérience dans le secteur médical mise à dure épreuve

Le manque de connaissances a permis au gouvernement et au secteur de la santé de connaître une progression rapide à ce sujet. Lorsque les premiers appels d'offres ont été lancés, les spécifications pour les systèmes d'oxygène tenaient à peine dans un paragraphe. Toutes les offres faisaient partie d'une acquisition stratégique incluant ambulances, mobilier, équipements d'anesthésie, équipements de vide portables, etc. Les lieux où se trouvaient les hôpitaux étaient inconnus, tout comme le principe de contrôle et de commande au stock centralisé sans connaître la capacité, la pression de sortie et le débit.

La première commande a été passée auprès d'une entreprise s'approvisionnant en Chine, à Taïwan et dans plusieurs autres pays pour tirer les prix vers le bas. A ce jour, ces systèmes ne fonctionnent toujours pas. Cela a cependant représenté pour nous une bonne occasion de nous constituer un réseau et de collaborer avec l'équipe d'approvisionnement du gouvernement de manière plus rigoureuse et professionnelle.

Les avantages d'une centrale d'oxygène

A la fin 2014, cela a donné lieu à la première grande réussite : une commande de 400 000 dollars pour deux Oxyplants en conteneurs. Les conteneurs étaient entièrement équipés de

  • compresseurs 
  • sécheurs 
  • réservoirs d'air 
  • générateurs d'oxygène OGP 18 
  • réservoirs tampon d'oxygène 
  • unités d'appoint 
  • rampes de remplissage
  • Un système de climatisation a été installé à l'intérieur des conteneurs afin de maintenir la température dans les limites de fonctionnement.

    Des collecteurs de secours dotés de leurs tuyauteries, vannes et alarmes ont également été installés à proximité des conteneurs d'oxygène. Cette installation a été réalisée dans le but d'assurer la continuité de l'alimentation en oxygène des zones les plus critiques de l'hôpital. Grâce à l'assistance à l'installation de nos techniciens, l'équipement a été livré et accepté avec succès par le ministère de la Santé.

    Centrales d'oxygène avec unités d'appoint

    Cette approche professionnelle a été récompensée par deux nouvelles commandes en 2015. La première commande concernait deux grandes Oxyplants d'une capacité de 80 m³/h chacune. L'installation était équipée d'une unité d'appoint pour le remplissage de cylindre. La deuxième commande, évaluée à 1 million de dollars au total, se composait de cinq Oxyplants 29 en conteneurs. L'ensemble de l'équipement a été expédié au mois de décembre 2015.

    La Birmanie nous a contactés quelques semaines plus tard, en janvier 2016, avec une demande urgente. Un fournisseur d'équipements d'oxygène concurrent accusait du retard dans ses livraisons. Atlas Copco a donc été contacté pour son aide, cette fois avec un délai très court à respecter. La date de livraison maximale était le 21 mars, car le nouveau gouvernement allait être constitué et tous les contrats précédents risquaient d'être frappés de nullité. Cela laissait 8 semaines pour traiter la commande et fabriquer puis livrer trois Oxyplants 29.

    Quand l'urgence et la qualité s'associent

    Le défi s'est compliqué lorsqu'il a fallu ajouter à l'installation trois unités d'appoint, les premières unités d'appoint Oxicomp fournies par Ceimsa, une récente acquisition du groupe Atlas Copco en Espagne. De plus, les générateurs d'oxygène étaient les premiers à être construits sur la nouvelle chaîne de production de Oosterhout aux Pays-Bas. Nos usines d'équipements médicaux situées à Abingdon et Staveley au Royaume-Uni se sont chargées des collecteurs de secours, du traitement de la commande et de l'aspect logistique. Enfin, l'objectif était rempli : tous les équipements ont été livrés dans le port de Yangon 48 heures avant l'échéance. Cette expérience a été difficile, mais elle a permis à notre marque et à notre personnel d'entrer dans l'estime des ministères birmans, notamment l'équipe chargée des approvisionnements et des contrats.

    La valeur de cette commande urgente s'élevait à 480 000 dollars supplémentaires, faisant passer la valeur totale des activités en Birmanie à plus de 2 millions de dollars en deux ans. Et, avec encore davantage de conteneurs d'oxygène en attente, le succès au pays des pagodes se poursuit sur la route d'une collaboration durable.